Un temps de chien !

de Pascal Jahouel

un temps de chien pascal jahouel

Le lieutenant Bertrand-Hilaire Lejeune, eh oui BHL, parcourt les rues de Rouen, grimé en vieille femme. Objectif de ce travestissement, tenter de coincer une bande d’arracheurs de sacs à main. La tâche peu reluisante est une sorte de punition infligée à notre héros par son patron, Chassevent, flic en fin de carrière plus porté sur les agapes et les siestes qui en découlent, que sur la lutte contre le grand banditisme. Les deux hommes cohabitent difficilement au sein d’un commissariat un poil vintage, mais partagent un goût immodéré pour la dive bouteille. C’est dans cette ambiance addictive et ronronnante que surgissent les emmerdements sous la forme d’un cadavre de roumain au CV peu reluisant.

Suicide ou crime ? That is the question ! L’enquête va conduire BHL dans la villa d’un trafiquant de Pitbull, dans un bar à poker, sur un ring de boxe… Dans ces hauts lieux d’un tourisme normand pour le moins criminogène se croisent une jeune chef de gang radicale, végétarienne et « méphistophélique », un prédélinquant portugais terrorisé par sa mère, une couguar peu farouche, une flic agoraphobe, une accorte infirmière, un poulet parisien pompeux et donneur de leçon délicatement surnommé « la fistule » par ses correspondants rouennais…

Pascal Jahouel signe ici un roman d’apparence classique. D’apparence seulement, et c’est heureux. Son héros et ses acolytes sont truculents à souhaits : leur langage fleuri, leur appétence pour le sexe et l’alcool ravissent. Leur acharnement à assurer, contre vents et marées, un minimum d’ordre et d’équité dans ce bas monde, rassure.

18,00 €

≡ Cet ouvrage au format numérique (ebook)

Extraits

« Si je méconnaissais l’animal, je craindrais un malaise vagal… Il saute aux yeux que le bougre a tout bonnement souqué trop ferme contre l’âpreté du climat, en suçant sec. Fin cuit, il cuve. »

***

« – Ça rue dans les brancards en haut lieu. Et moi, j’en ai ma dose de votre indiscipline Monsieur Bertrand Hilaire Lejeune. Vous chiez dans la colle ! Voilà tout ! Ça peut plus durer ! Bordel de merde !
La porte claque.
À l’instar de Mozart, un silence qui suit une gueulante de Chassevent c’est encore beau comme du Chassevent. Il me faut quelques minutes pour digérer cette féerie. »

***

« Des aveux ont été recueillis par les collègues de Bucarest. Ils sont formels, ton Lupu, c’est que d’chi ! Et j’te prie d’croire que dans le cuisinage les Roumains sont de fines toques ! Des maîtres queux. On peut même parler de trois étoiles au Michelin de la gégenne… »

Egalement dans notre catalogue

Newsletter

Sky Bet by bettingy.com