La poule borgne

de Claude Soloy

poule-borgne-claude-soloy-lajouanie

L’homme est jeune et partage sa vie entre son boulot de manoeuvre et des visites coquines à l’accorte mais peu farouche Geneviève. Cette très, très jeune fille, distrait les consommateurs du bistrot de ses parents adoptifs en les laissant se glisser sous le comptoir pour se rincer l’oeil et plus si affinités… Tout irait donc pour le mieux dans le plus glauque des mondes, si l’homme - précision indispensable - borgne ne tombait amoureux de l’apprentie péripatéticienne ; si son oeil crevé par un père confit dans l’alcool ne le tourmentait plus que de raison ; si deux souteneurs venus de la capitale n’espéraient enrôler Geneviève à son corps plus ou moins défendant ; si une infirmière plus portée sur les câlins que sur les pansements n’entrait dans la danse ; si sa soeur…

Bref, dans la drôle de tête de l’homme, tout s’embrouille, tout s’enchevêtre. Et c’est sous l’oeil unique, eh oui !, de sa poule de compagnie, qu’il se laisse emporter par ses démons. Bientôt les cadavres s’accumulent.

Un curieux enquêteur s’ingénie à démêler les noeuds de ce maelström de sang, de fureur, de sexe et de désespoir… 

14,95 €

≡ Cet ouvrage au format numérique (ebook)

Extraits

« Chaque lieu répondait à un service précis ; ainsi, sous le tonneau de bière à la pression, entre l’évier et la prise téléphonique, à l’abri des regards, on s’asseyait sur ses talons et l’on dégainait sa spatule, pour soi, rien que pour soi, tandis que la serveuse, indifférente à ce qui se tramait à ses chevilles, poursuivait sa besogne et raclait la mousse ; cinq euros… »
***
« – Pourquoi t’as pas voulu d’moi, hier soir ? Tu m’as fait mal, Geneviève, tu sais qu’j’t’aime…
– M’aime pas trop, c’est mauvais pour tes finances, j’dis ça pour toi… Hier, c’était spécial. »

Egalement dans notre catalogue

Newsletter

Sky Bet by bettingy.com