La drolatique histoire de Gilbert Petit-Rivaud

de Frédéric Révérend

drolatique histoire petit rivaud

1906 : Gilbert Petit-Rivaud, un artiste-peintre parisien s’installe à Giverny. Son rêve : approcher le déjà illustre Claude Monet. Dans l’attente de cette hypothétique rencontre le jeune homme fait tranquillement la connaissance des voisins et des proches du grand peintre.

Soudain, au beau milieu du paradis des Impressionnistes, voici, dans l’eau, un corps décapité ! Est-ce celui du prêtre ? d’un peintre ? d’un vagabond ? d’un inventeur génial… ? Détourné de la peinture, mordu par cette énigme, Gilbert Petit-Rivaud va se lancer dans un périple à vélo à la recherche de la vérité où l’authentique va se frotter à l’« impression ». Au cours de cette drolatique aventure sur les boucles de la Seine, le jeune enquêteur va croiser bon nombre de gens curieux : un gentleman cambrioleur, un savant travaillant à une œuvre révolutionnaire, un ministre de l’Intérieur amateur d’art, deux sœurs originales bien moins naïves qu’il n’y paraît, des aubergistes crapuleux qui en rappellent d’autres… L’identité de la victime finira bien heureusement par être découverte par notre valeureux apprenti détective…

Ce roman pas policier mais presque a été conçu comme un engin drolatique pour voyager dans le temps, ses énigmes, ses lieux communs et ses lieux singuliers.
Il commence à Giverny dans un Eden propice à la contemplation, où, comme le dira un jour Clemenceau à l’enterrement de Monet, « Le noir n’est pas une couleur ».
Cette drolatique histoire est un objet littéraire bigrement original, fort bien troussé. On s’amuse, on apprend, on sourit et l’on est ravi de cette découverte littéraire et presque policière.
Giverny, La Roche-Guyon et son château extraordinaire, la Seine, les faubourgs parisiens sont les principaux lieux visités par ce drôle d’enquêteur.
Gilbert Petit-Rivaud a existé et a peint quelques toiles de bonne facture.

18,00 €

≡ Cet ouvrage au format numérique (ebook)

Extraits

« – Ces pauvres garçons croient encore en l’avenir de la vapeur ! Mais, non ! Il faut tout renverser ! Le progrès vieillit, et de plus en plus vite. C’est le cul par-dessus tête qu’il faut réfléchir ! J’ai connu un chercheur qui a passé sa vie à concevoir le principe d’une lampe à huile perpétuelle, tandis que l’américain Edison inventait, lui, l’ampoule à filament ! »
 
***
 
« – À Giverny, lui confia-t-il, on peut observer un étrange syndrome : beaucoup de gens acquièrent spontanément l’âme artiste. J’y ai vu des plombiers se faire sculpteurs, des dentistes écrire des vers, des croque-morts se mettre au ballet, des sourds jouer du Paganini, des ennuyeux acquérir de la verve, et quantité de touristes se faisant aquarellistes ! En revanche, les natifs semblent immunisés. Mais ils ont d’autres pathologies… »
 
***
 
« Dès que j’apprends qu’elle a de nouveaux bijoux, je reviens vers elle… Elle sait que je vais bientôt la cambrioler… Elle a peur et elle m’attend. Elle se couche toute nue et toute parée. C’est à peine si elle frissonne sous la légère brise entrant par la fenêtre ouverte… Je lui ôte une à une ses pierres précieuses, tandis qu’elle gémit et se convulse, jusqu’au moment où elle bascule, ravie, dans le feu de la jouissance. »
 

Newsletter

Sky Bet by bettingy.com